Les problèmes buccodentaires chez le chat Picture

English Czech Dutch French German Italian Portuguese Swedish

[Traduit par Gaëlle Wendlinger]

Par Lies Klösters, 2006

Les humains et les animaux peuvent développer toutes sortes de problèmes dentaires. Ceux que l'on rencontre le plus chez l'être humain (caries sous l'influence du sucre) ne surviennent pas souvent chez l'animal, car la plupart des animaux mangent beaucoup moins de sucre que les humains. Néanmoins, votre animal pourrait rencontrer des problèmes dentaires. Un bilan unique vous apprendra si l'animal possède un bon alignement dentaire, si toutes les dents sont présentes, etc. Des bilans réguliers sur des animaux plus âgés peuvent prévenir la formation du tartre (calcul) et de la plaque dentaire : ils peuvent être enlevés à un stade précoce avant de causer des ennuis. De plus, des affections comme la gingivite peuvent survenir à tout âge. En résumé : un bon bilan dentaire est très important pour détecter à temps d'éventuels problèmes.

Les types de dents

Tous les animaux ont des dents parfaitement adaptées à leur alimentation et à leur mode de vie. Certaines espèces possèdent des dents qui ont toutes plus ou moins la même forme, comme les requins, les crocodiles et les baleines à dents (voir figure 1) ; on les appelle homodontes. La plupart des mammifères sont hétérodontes et ont plusieurs sortes de dents : incisives, canines, prémolaires et molaires (voir figures 2, 3 et 4). Certains animaux possèdent des dents très spécifiques de leur espèce (comme les crochets des serpents venimeux, ou les défenses des éléphants, morses et narvals), d'autres ont des dents que l'on trouve dans des groupes d'animaux plus larges. Les mammifères peuvent grosso modo être divisés en 3 groupes qui vivent de différentes sortes d'aliments, à savoir :

  • Les herbivores (mangeurs de plantes) avec des molaires plates pour broyer (figure 2)
  • Les carnivores (mangeurs de viande) avec des prémolaires et des molaires acérées (figure 3)
  • Les omnivores (qui mangent à la fois de la viande et des plantes) avec des dents de forme intermédiaire entre celles des carnivores et des herbivores (figure 4)

figure 1:
dents d'orque
figure 2:
dents de chevreuil
figure 3:
dents de chat
figure 4:
dents de gibbon

Les dents des félins

Le chat est un carnivore. Les carnivores ont des dents acérées, tranchantes ; des dents qui sont faites pour attraper, tenir et déchirer une proie, et si nécessaire, mordre à travers les os. La plupart d'entre eux n'ont pas la possibilité de mastiquer leur nourriture : leurs mâchoires ne peuvent pas bouger de droite à gauche, seulement de bas en haut.

Les chats et les chiens naissent sans dents tout comme les humains ; ils ont leurs premières dents - dents de lait - quand ils sont âgés de plusieurs jours, et celles-ci seront remplacées par les dents d'adulte après plusieurs mois. Les dents des chats et des chiens ne continuent pas à pousser comme celles de certains rongeurs, des chevaux ou des éléphants.

La composition de la denture peut être exprimée dans une formule dentaire. La formule dentaire consiste en deux lignes l'une en dessous de l'autre, pour les mâchoires inférieure et supérieure. La formule décrit alors la moitié d'une mâchoire, puisque le côté gauche de la mâchoire est identique au côté droit. (Tant que toutes les dents sont encore présentes.)
Les abréviations dans une formule dentaire signifient : I = incisive, C = canine, P = prémolaire, M = molaire. Ces abréviations, en petits caractères, représentent les dents de lait ; en capitales, elles représentent les dents d'adulte. La formule dentaire des chats est :

dents de lait: dents d'adulte:

A l'âge de 11 à 15 jours, les dents des chatons sortent, et quand ils ont de 37 à 60 jours, les dents de lait sont au complet. Les dents de lait sont remplacées par les dents d'adulte à l'âge de 13 à 24 semaines.

Le remplacement des dents de lait par les dents d'adulte survient dans un ordre défini :
- I 13 - 16 semaines
- C 20 - 24 semaines
- P 20 - 24 semaines
- M 18 - 24 semaines
Durant la période de dentition il est possible de donner une estimation assez précise de l'âge, si jamais vous avez besoin de le faire pour un chaton trouvé.*

L'occlusion dentaire

Un alignement correct de la denture s'appelle un "articulé en ciseaux". Quand les dents ne sont pas placées correctement, on parle de "malocclusion" et l'alignement est alors appelé par exemple surocclusion, sous-occlusion, articulé à niveau, ou occlusion croisée.

  • Articulé en ciseaux : la mâchoire inférieure devrait toujours être légèrement plus petite que la mâchoire supérieure. Le placement de dents idéal consiste en des incisives, dans la mâchoire du haut et celle du bas, qui s'ajustent exactement les unes par-dessus les autres, et des molaires qui s'engrènent les unes sur les autres.
  • Surocclusion (ou prognathisme supérieur, s'il s'agit d'un problème de conformation des mâchoires, NdT) : les incisives de la mâchoire inférieure sont placées trop loin derrière les incisives de la mâchoire supérieure.
  • Sous-occlusion (ou articulé inversé, ou prognathisme inférieur s'il s'agit d'un problème de conformation des mâchoires, NdT) : les incisives de la mâchoire inférieure sont placées devant les incisives de la mâchoire supérieure.
  • Articulé à niveau (ou en pince, en tenailles, bout à bout, NdT) : les incisives sont placées les unes sur les autres, au lieu de s'emboîter correctement les unes par-dessus les autres.
  • Occlusion croisée : ou 'dents croisées' ou 'bouche tordue'; cela signifie que les moitiés gauche et droite de la mâchoire ne sont pas de la même longueur.

The composition of the teeth in dogs is included in every breed standard. The breed standards of cats do not always describe what the teeth should look like. Sometimes it is noted in a breed standard that an overbite can not be more than 1 or 2 mm of space between the upper or lower jaw, in other standards it says that the cat may not have an overbite or underbite.

La composition de la denture chez le chien est incluse dans tous les standards de race. Les standards de races de chats ne décrivent pas toujours ce à quoi la denture devrait ressembler. Parfois il est mentionné dans le standard d'une race qu'un prognathisme supérieur ne peut excéder 1 ou 2 mm d'espace entre les deux mâchoires ; dans d'autres standards il est dit que le chat ne doit pas présenter un prognathisme supérieur ou inférieur. Durant les expositions canines, les juges vérifient la denture de chaque chien ; un mauvais placement de dents entraîne une disqualification immédiate. Dans les expositions félines, les juges regardent les dents seulement s'ils peuvent voir "de l'extérieur" que quelque chose ne va pas. Dans les expositions FIFE, les juges sont autorisés à regarder dans la bouche de tous les chats (ce qui ne signifie pas que tous les chats y ont les dents examinées) ; d'autres associations félines ne permettent même pas de regarder dans la bouche d'un chat, ou seulement après que le juge a demandé l'autorisation de le faire au propriétaire. Cette règle a été établie par certaines des associations félines à cause du risque de contagion. Bien sûr, elles ont raison : la bouche d'un chat est pleine de bactéries. (C'est aussi la raison pour laquelle une morsure de chat conduira beaucoup plus souvent à une inflammation qu'une morsure de chien.) Mais ce manque de contrôle du standard, en tant que partie du protocole de jugement, signifie aussi qu'il y a peu ou pas de regard professionnel sur l'alignement des dents et des mâchoires.
Notons que les chats ne coopèrent pas nécessairement de bonne grâce à une inspection buccale, au contraire des chiens qui peuvent assez facilement être entraînés pour cela. Lorsque les dents d'un chat sont examinées lors d'une exposition et que quelque chose ne va pas, cela devrait entraîner la disqualification, comme cela se pratique pour les chiens.

Il manque parfois une incisive ou plus aux chiens ayant le museau très étroit. Chez les races au museau très court, les molaires sont parfois absentes. Pour les races de chiens au museau moyen à long, le standard de la race indique généralement qu'un articulé en ciseaux est le mieux, mais qu'un articulé à niveau est autorisé également. On rencontre beaucoup d'articulés inversés chez les races de chiens à museau très court ; ceci est aussi mentionné dans leur standard. Toutes sortes de problèmes peuvent être provoqués par un trop grand espace entre les mâchoires (dans des cas de prognathisme inférieur ou supérieur) parce que la denture ne se ferme pas correctement. Par exemple pendant la mise bas, quand la chienne ne peut faire sortir elle-même les chiots de la membrane amniotique, parce qu'elle ne peut pas saisir la membrane entre ses dents. Si une chienne avec une importante sous-occlusion ou surocclusion a ses chiots sans assistance humaine pour les faire sortir de leur membrane, les chiots étoufferont quelques minutes après leur naissance.

Les diverses races de chats ne sont pas aussi différentes physiquement que les races de chiens ; les variations de la taille du corps, en particulier, sont minimes. Mais la forme de la tête est différente, particulièrement dans ces races qu'on a élevées pour des apparences extrêmes depuis déjà longtemps. De longs museaux peuvent donner des surocclusions, mais ces surocclusions ne sont en général pas assez prononcées pour causer des problèmes. Comme il est décrit ci-dessus, les museaux courts par contre sont souvent source d'ennuis. C'est pourquoi les éleveurs félins qui travaillent avec des races à museau court, en particulier, doivent faire très attention à ne pas développer les mêmes problèmes que ceux que l'on rencontre chez les races de chiens à museau court. Certains chats (y compris ceux avec des museaux longs ou moyens) ont des problèmes de joues de longueur différente, de canines mal placées ou d'occlusion croisée. En opérant une sélection judicieuse et minutieuse des reproducteurs, les éleveurs peuvent faire en sorte que ces problèmes ne se rencontrent pas dans une grande partie de la population, mais qu'ils restent des exceptions.

La plaque dentaire et le tartre

Une mauvaise haleine et le fait de baver peuvent faire partie des premiers signes révélant un problème dans la bouche de votre animal ; à un stade plus avancé ceci pourrait évoluer en un refus de s'alimenter (surtout si l'animal est nourri avec un aliment sec) du fait de sa gencive douloureuse. Comme celle-ci peut se mettre à saigner, il se pourrait que l'animal se frotte la gueule avec les pattes ; et les chats parfois ne veulent plus se toiletter. Soulevez délicatement la lèvre de votre animal et recherchez la présence de plaque, tartre, des gencives enflammées, et des dents manquantes ou cassées.

La plupart des problèmes commencent avec la plaque. La plaque peut se rencontrer à la bordure des dents et de la gencive, et contient beaucoup de bactéries. Au bout d'un moment la plaque se solidifie en une couche brune qui recouvre les dents : le tartre. Le tartre peut engendrer nombre de problèmes, comme des inflammations et des saignements de la gencive, des dents qui se gâtent, des dents déchaussées qui peuvent tomber ou qui doivent être extraites. Si le tartre demeure trop longtemps sur les dents, l'inflammation de la gencive peut évoluer en gingivite (gonflement, inflammation et saignement de la gencive). Les bactéries du tartre peuvent même finir par circuler dans le sang du chat et affecter sa santé en provoquant des inflammations des reins, des valves cardiaques et des disques de la colonne vertébrale.

détartreur

On peut retirer le tartre avec un détartreur (disponible sur internet, ou chez votre vétérinaire ou dentiste). Vous pouvez le faire vous-même ou le faire faire par votre vétérinaire. Concernant les chiens, il est également utile de leur donner des os : l'action de mastiquer les os nettoie les dents. Certains chats aiment aussi mastiquer des os, mais tous ne le feront pas. Ne donnez jamais d'os cuits mais toujours des os crus à vos chiens et chats : les os cuits sont plus tendres et se fragmentent facilement en esquilles. Les os ne doivent pas être trop petits ; les chiens (ou chats) pourraient alors les avaler et s'étouffer.

Certains fabricants de nourriture pour animaux se sont penchés sur ces problèmes et ont adapté leur production en conséquence. Ceci a abouti, dans différentes marques de nourriture sèche, à de grandes croquettes dures, qui sont trop grosses pour être avalées entières par le chat. Ces croquettes enlèveraient la plaque et le tartre des dents de l'animal quand il mord dedans. Cela aide un peu, mais ce n'est pas suffisant pour garder propres les dents du chat. (Si vous alimentez votre chat avec de la nourriture sèche, assurez-vous qu'il dispose d'eau à boire en quantité suffisante).
Brosser les dents du chat donne un résultat encore meilleur pour se débarrasser de la plaque et ainsi éviter la formation du tartre, même si ce n'est pas toujours facile à faire. Le chat a vraiment besoin de se familiariser avec cette pratique mais il n'est pas impossible de la lui faire accepter comme une nouvelle habitude. Particulièrement s'il reçoit une petite récompense après le brossage, comme un morceau de dentifrice conçu spécialement pour les chats (n'utilisez pas de dentifrice destiné aux humains !), il se soumettra à votre volonté.

Gingivite, parodontite et stomatite

Si la gencive est rouge, gonflée, sensible et saigne facilement, cela s'appelle une gingivite. Ceci peut arriver à des chats de tous âges. La gingivite peut être causée par le tartre mais elle peut aussi survenir de manière spontanée alors que les dents sont scrupuleusement entretenues. Il existe un grand nombre de théories concernant les causes de cette gingivite survenant spontanément. Les avis concernant le traitement sont également variés.

Le premier signe de gingivite est une fine ligne rouge sur la gencive le long des dents. A ce stade, le processus peut être arrêté - surtout quand il est causé par la plaque ou le tartre - en nettoyant les dents minutieusement. L'inflammation des gencives disparaîtra sans dommage pour les dents.
Quand la gingivite a progressé, elle peut aussi affecter l'os au-dessous de la gencive ; cet état s'appelle la parodontite. A ce stade, la gencive commencera à gonfler rapidement et les dents ne seront peut-être pas sauvées (elles tomberont d'elles-mêmes ou devront être extraites). La parodontite n'est pas réversible comme l'est la gingivite. Il est donc très important de garder la situation sous contrôle et de ne pas la laisser dégénérer.

Comment la parodontite commence.
1=gencive , 2=racine, 3=cément, 4=os alvéolaire, 5=couronne, 6=plaque, 7=tartre.

A = La première formation de plaque. La gencive commence à reculer un petit peu.
B = Au-dessous de la gencive du tartre s'est formé. La gencive est irritée et gonflée. La dent est moins fermement enracinée dans l'os alvéolaire.
C = La gencive est sévèrement enflammée et très gonflée. La dent est branlante et tombera bientôt.

Parfois, non seulement la bordure de la gencive autour des dents est enflammée, mais aussi la muqueuse dans la bouche entière. Ceci s'appelle la stomatite. Les chats affectés bavent souvent beaucoup et ils cessent de s'alimenter, partiellement ou entièrement, à cause de leur bouche douloureuse.

Les causes de la gingivite, de la parodontite et de la stomatite ne sont pas encore claires. Il existe plusieurs théories concernant ces maladies, par exemple une réaction du système immunitaire aux bactéries de la bouche, ou une réaction auto-immune. Chez certains chats, l'affection commence quand ils sont en situation de vulnérabilité, comme une femelle qui vient juste d'avoir des chatons, ou des animaux malades, ou qui viennent de subir leur vaccination annuelle. Il y a aussi des signes indiquant que des facteurs héréditaires pourraient être en cause, en particulier quand les parents et/ou les grands-parents du chat affecté ont rencontré les mêmes problèmes. Hélas, aucune recherche n'a encore été menée qui ait permis de déterminer exactement ce qui provoque ces affections.

La forme héréditaire de ces maladies semble être la plus difficile à traiter ; dans un grand nombre de cas, les dents doivent être extraites parce que les inflammations ne peuvent être maîtrisées. Dès que les dents sont retirées et que la plaque et le tartre ont disparu, le chat ne souffre plus de ces inflammations. Pour les chats atteints de la forme non héréditaire de ces problèmes, les antibiotiques ou le brossage des dents peuvent être la solution, mais même dans ce cas on ne peut pas toujours éviter l'extraction des dents. Dans tous les cas il est bon de surveiller de près la qualité de vie de votre chat, et d'adapter le traitement en fonction (en consultant votre vétérinaire bien sûr !).

Lésions résorptives odontoclastiques félines, ou LROF

Cette photo montre une canine avec une petite tache, difficilement discernable, de la muqueuse sur la bordure de la gencive.

La radio montre que la petite tache de la muqueuse est seulement la partie émergée de l'iceberg : la racine de la canine est presque complètement dissoute. (Voir flèches)
Crédit photo : Dr. Markus Eickhoff **.

Cette maladie affecte principalement les chats âgés de plus de quatre ans. Les autres appellations de cette déficience sont: cavités, résorptions radiculaires externes ou internes, érosions cervicales, ou lésions du collet.

Les dents atteintes développent des lésions au niveau de leurs racines. C'est extrêmement douloureux. Par conséquent certains symptômes de cette maladie sont : bave, saignement de la bouche, et signes de douleur quand on la touche. Le chat se montre alors affamé et se précipite sur sa nourriture, mais ensuite il la laisse tomber, ou n'y touche même pas. Les dents atteintes doivent presque toujours être extraites, car il n'existe pas de remède à cette affection. Les LROF sont une maladie progressive, ce qui signifie que même une fois extraites toutes les dents affectées, il se peut que les dents restantes développent les mêmes symptômes.

On ne peut pas toujours diagnostiquer les LROF à première vue, ou d'un rapide coup d'œil ; un chat dont les dents semblent parfaites peut tout de même en être atteint. Le tartre et la plaque n'en sont pas la cause. Seule une radiographie peut montrer ce qui se passe sous la surface de la gencive.


IMPORTANT: Si votre chat rencontre de graves problèmes buccodentaires, emmenez-le chez un vétérinaire spécialisé en dentisterie !

Bibliographie :

* Tandheelkunde bij hond en kat, Dr. Leen Verhaert, Dipl., E.V.D.C.
** FORL – Die neue Geißel der Katze, Dr. Markus Eickhoff.