logo

La Chatterie Tanstaafl

[Traduit par Agnès Criado, Chatterie L le des Lionnes]

Beth Hicks


Beth

Beth en jugement au Japon, Novembre 1998

Pour ceux qui ne le savent pas encore, quand votre chatterie est en cours de création, vous devez vous attendre à répondre à une foule de questions ! La toute première consiste en une brève présentation personnelle. Ma première pensée a été " faut-il dire mon âge ? " En fait, ça ne me dérange pas. J'ai 49 ans. Je suis née à Macon, GA, et j'ai vécu là-bas pendant 24 ans, et ensuite, j'ai déménagé pour Memphis, TN, il y a 25 ans. Je travaille dans le service communication d'une agence de publicité, ma fonction consiste à réserver des plages de diffusion de spots radiophoniques publicitaires. Je suis divorcée et j'ai un fils de 17 ans.

Je n'ai jamais eu de chat de race avant les Maine Coons. J'ai grandi à la campagne et nous avons toujours eu 3 ou 4 " chats de gouttière ", j'ai donc toujours vécu avec des chats. C'était bien sûr des chats libres d'aller et venir. Ma mère, qui a 80 ans, en a encore 3. Quand je me suis mariée, j'ai voulu avoir mon propre chat et nous avons pris au refuge un chaton brown classic tabby à poil mi-long. Quand Nuisance avait environ 1 an, Mike a ramené à la maison Cats Magazine qui présentait des portraits de race. Nuisance ressemblait à celui du Maine Coon, et nous avons écrit au MCBFA pour obtenir des informations.

A cette époque, il était possible d'inscrire un chat de fondation à une exposition ACFA, qu'il soit évalué par 3 juges qui déclarent tous trois que le chat ressemblait à un Maine Coon, et de l'enregistrer et le faire participer ensuite à des expositions en tant que Maine Coon. Nous avons alors inscrit Nuisance à une exposition féline à Savanah, GA. Nous n'étions JAMAIS allés à une exposition féline ! Nous étions des novices, et tout le monde l'a bien remarqué, lorsque nous faisions la queue pour le contrôle sanitaire, avec notre boite de transport qui venait de chez le vétérinaire, et où il était écrit " Je vais beaucoup mieux, merci ! ". Heureusement, tout le monde était gentil et plein d' attentions envers les " petits nouveaux ". Parfois, c'est difficile d'y penser, mais j'essaie de me souvenir de cette première exposition et de donner aux débutants la même aide que j'ai reçue. Donc, le premier Maine Coon de la chatterie Tanstaafl fut un " type " Maine Coon neutré. Mais c'est ce " type " Maine Coon qui nous a donné le goût de la race.

Le nom de ma chatterie vient d'un de mes romans de science fiction préférés " The Moon Is of A Harsh Mistress " de Robert Heinlein. Dans ce livre, il employait le mot Tanstaafl qui était l'abréviation de "There Ain't No Such Thing As A Free Lunch". Je suis d'accord avec cette maxime, dans la vie, tout se paye un jour !

En 1972, Connie Condit était membre secrétaire du MCBFA. Elle vivait à Colombus, GA, et nous lui avons rendu visite. Nous avons fait connaissance avec Heidi, le Berger Allemand de Coonie, ainsi que Bridgett Katt, Andy Katt, Henry Sayward, Seth Parker, et Molly Stark. En janvier 1973, nous avons pris Heidi Ho's Josie of Tanstaafl, troisième génération de brown classic torbie.

Notre première portée de Josie mariée à Henry Sayward est née en septembre 1974. Ruth, une femelle de cette portée, fut mariée à Sundar Moses qui descend de Dauphin de France of Tati-Tan. Ce mariage a produit Susie Q. En 1975, nous avons acheté Nantiss Ian McTabby, qui avait Dauphin de France deux fois dans son pedigree, du côté paternel et maternel. Pourquoi ? Les chats de Heidi Ho avaient un bon gabarit mais le type de la tête était un peu brut et certaines femelles avaient une ossature un peu fine. Ian McTabby avait la tête magnifique des Tati Tan et des pattes avec une ossature massive, mais c'était un Maine au corps court. Je voulais avoir le type de Tati Tan et le gabarit de Heidi Ho. Nous avons alors marié Ian à Susie Q. J'ai obtenu ce que je recherchais dans leur deuxième portée - Tanstaafl's Polly Adeline of Heidi Ho, née en Novembre 1977. Elle avait le type de tête voulu, mais avec autant de Tati Tan derrière, j'étais en train de perdre du gabarit - il était temps de revenir à Heidi Ho pour la taille en espérant qu'elle soit suffisamment consanguine pour tracer sa tête typée. Elle l'a été. L'une des questions que l'on me pose c'est, est-ce que certains de mes chats ont eu une influence sur les autres élevages. L'an dernier, l'une des bases de données consacrées au Maine Coon avec 24 000 chats enregistrés a pu retrouver 16 000 d'entre eux descendant de Polly Adeline ! Ce n'est pas forcément une bonne chose, mais Polly a certainement eu une influence majeure !

Tanstaafl's Isaiah of the Maine Place est issu du même mariage que Polly Adeline. Il a fait des expositions où il a connu un grand succès. Isaiah était un matou très ronronneur ! Il s'est perdu une fois lors d'une exposition et Pat a mis trente minutes pour le rattraper, car il n'était pas du tout perturbé ou effrayé. Il se tenait en plein milieu d'une allée, vous attendait jusqu'à ce qu'il soit sur le point d'être rattrapé, et se sauvait encore ! Isaiah trouvait le jeu de " attrape-moi si tu le peux " très amusant !


Tanstaafl Molly Brown

Tanstaafl Molly Brown
(qui ne voulait pas participer à cette exposition !)

Heidi Ho Sonkey Bill et Tanstaafl Polly Adeline ont produit les chats connus sous le nom des " Clones ". Ce mariage a produit au total 29 chatons en six portées de juillet 1979 à novembre 1982. Quinze de ces chatons ont intégré des programmes d'élevage, comme Tanstaafl's Molly Brown. Comme je ne voulais pas envoyer Polly de Memphis à Denver pour chaque saillie, mon contrat avec Connie spécifiait que quand elle aurait la femelle brown classic de qualité exposition que je recherchais, la portée serait enregistrée sous l'affixe Tanstaafl.

Le surnom " clone " a été attribué aux chats issus de la portée d'avril 1982. Il y avait une grande exposition TICA à New York. Lynne et moi étions là-bas avec Bunty Washburn, Carol Pedley, Mary Buckmaster, et beaucoup d'autres éleveurs de Maine Coons. Molly Brown (une brown tabby) et Mary's Heidi Ho Lady Arwin (silver mackerel tabby) ont toutes deux obtenu le titre de Supreme Grand Champion lors de cette exposition. Nous étions tous ensemble dans une chambre d'hôtel le soir où nous avons appelé Connie pour lui annoncer cette nouvelle. Pendant que nous étions en ligne avec Connie, quelqu'un a dit " Dis à Connie que nous savons qu'elle ne fait que cloner les chats et les peindre en différentes couleurs ! "


Tanstaafl Druid of Seelieshire

SGC Tanstaafl Druid of Seelieshire,
Meilleur Maine Coon, 3ème Best International Cat, TICA 1984

De 1974 à 1985, la Chatterie Tanstaafl a produit 38 portées. De toute cette époque, les meilleures ont été les trois portées d'un total de dix chatons issus de MtKittery's Schoodic et Tanstaafl's Molly Brown. Molly n'était pas un clone au look extrême, mais je ne voulais pas avoir un look encore plus sauvage. Schoodic avait un look modéré plus " ancienne mode " et avait un brown tabby très chaud. Je n'avais pas réalisé, avant de faire des recherches dans mes archives pour cet article, que ces dix chatons furent vendus à des éleveurs. Tanstaafl's Druid of Seelieshire était vraiment le plus beau, il fut Best Maine Coon et Troisième International Cat pour la saison TICA 83-84.

Nous avons participé aux expositions avec nos chats mais nous n'avons jamais fait campagne avec l'un d'eux. Pendant les années 70, nous essayions toujours de faire reconnaître le Maine Coon par toutes les Associations. Mais même dans les Associations où ils étaient reconnus, les Maine Coons étaient toujours considérés comme des " chats de ferme " par beaucoup de juges et d'exposants. Je suis allée à beaucoup d'expositions où il y avait seulement deux Maine Coons inscrits - ceux que j'avais amenés ! Et je repartais toujours sans être arrivée en finale.

En 1975, je suis devenue juge pour l'une des plus petites associations - la première éleveuse de Maine Coon à devenir juge. Quand la TICA fut instituée en 1979, je suis passée en TICA, je juge donc depuis 25 ans -dont 21 en TICA. Les Maine Coons ont fait du chemin durant tout ce temps et j'ai beaucoup apprécié de voir cette évolution. Nos Maine Coons ne sont plus considérés comme des " chats de ferme " !


En haut: QGC/RW Hoosiercoon Kari of Tanstaafl.
En bas : Heidi Ho Camille of Calicoon avec
Calicoon Prince Valiant âgé de 4 semaines,
pris en photo en 1991.

En tant que juge toutes races (allbreed) en TICA, je voyage beaucoup. En moyenne 15 à 20 expositions par an, et en plus des USA, j'ai jugé au Japon et en Allemagne. Juger peut être épuisant et stressant, mais c'est aussi un " challenge " et beaucoup de plaisir. Le jour où je cesserais de trouver agréable de manipuler des chats, je cesserai de juger. Etre si souvent amené à juger peut constituer un obstacle à faire campagne pour son propre chat, car il n'est pas possible d'inscrire son chat sur une exposition où l'on est juge. On entend parfois des exposants se plaindre que " les chats des juges gagnent toujours ". Oui, n'importe quel chat qu'un juge présente en exposition a généralement du succès, mais pas parce c'est un juge qui expose son chat. Quand vous êtes juge, vous avez une réputation à entretenir et vous ne pouvez pas ne pas présenter un chat de qualité exposition ! Un juge est certainement capable de repérer un chat de qualité exposition et de savoir le toiletter de façon à ce qu'il soit le meilleur sur les rings.

Je ne recherche pas forcément les mêmes qualités pour mon programme d'élevage ou pour un chat d'exposition. L'objectif d'un plan d'élevage, c'est de combiner des chats qui produiront constamment des chats de qualité exposition. Il faut donc connaître les lignées et compenser les défauts du chat. Deux chats de qualité exposition peuvent même produire une portée de chatons de qualité compagnie !

Une idée que beaucoup d'éleveurs semblent avoir du mal à comprendre, c'est que lorsque nous jugeons, nous voyons différents types de chats pour chaque race, et pas seulement chez les Maine Coons. Chaque lignée tend à produire son propre type légèrement différent et il n'y a rien d'anormal à cela. Malgré ces différences, ces chats peuvent tous correspondre au standard ! C'est à ce moment là que les préférences personnelles du juge ou de l'éleveur deviennent un facteur de choix. J'ai tendance à considérer que le type que je préfère représente " le milieu de la route ". Je n'aime pas le look très sauvage ou les têtes légèrement plus courtes, avec de petites oreilles, comme les chats de l'ancien type. J'aime un type qu'on peut présenter en TICA et CFA, et qui a du succès dans ces deux associations !

Je n'ai pas choisi de travailler avec des Maine Coons de fondation. Je respecte les éleveurs qui en ont le désir et les moyens d'y consacrer beaucoup de temps et les efforts nécessaires pour produire des Maine Coons de qualité exposition, issus de chats de fondation. J'approuve aussi le linebreeding. C'est la seule manière de fixer et donc d'obtenir régulièrement un bon type. La clé de la réussite, c'est de travailler avec des lignées saines. Oui, la consanguinité sur la lignée (linebreeding) peut faire émerger des tares récessives mais cela peut être un plus. Vous saurez alors ce que vous avez entre les mains et vous pourrez travailler à l'élimination de tous les caractères récessifs néfastes. Croiser deux chats totalement non apparentés pourrait vous donner les mêmes caractères récessifs, mais sans le bon type !

Quand je dois décider si un chaton est de qualité exposition, le critère le plus important est le type. Le tempérament du chaton vient tout de suite en deuxième position. J'ai vendu récemment en compagnie un mâle qui était pourtant de qualité exposition en catégorie neutre. Il était peureux et n'aimait pas les étrangers ou les situations nouvelles. Il n'aurait pas aimé être un chat d'exposition. En tant que juge, je vois trop de chats qui sont sans doute extraordinaires à la maison, mais qui n'aiment pas les expositions ! C'était le cas de Tanstaafl's Molly Brown, que je n'ai sortie que pour le titre de Supreme, et que je n'ai plus jamais inscrite à aucune exposition.

La plupart de mes chatons sont vendus en compagnie, mais je vends aussi aux éleveurs. Il était plus facile de vendre aux éleveurs il y a quelques années car nous nous connaissions tous. Quand quelqu'un cherche un éleveur et me contacte, je demande autour de moi et j'en parle aux gens qui le connaissent, j'aime vendre à des gens qui voient d'abord leur chat comme un animal de compagnie. J'essaie d'être particulièrement attentive pour la vente des mâles aux éleveurs car beaucoup de mâles doivent ensuite être mis en cage, plus ou moins longtemps. J'aime aussi comprendre quels sont les caractères physiques que l'éleveur cherche à améliorer afin d'être sure que le chaton sera bien complémentaire de ses chats. Ma plus grande satisfaction dans la vente de chatons, c'est lorsque des personnes qui m'ont acheté un chat 15 ou 20 ans plus tôt, me re-contactent. Leur premier Tanstaafl est mort et ils en veulent un autre. C'est très gratifiant.


Tanstaafl Copper Penny and Tanstaafl Memphis Amity

SGC Tanstaafl Copper Penny of SSL &
SGC Tanstaafl Memphis Amity of SSL,
une collaboration récente Tanstaafl/Calicoon.
Père: SGC Calicoon's Sherman,
Mère: QGC/RW Hoosiercoon Kari of Tanstaafl.

Oui, je vends à l'étranger. En fait, des 6 chatons Tanstaafl nés depuis 1999, deux sont en Allemagne, et un en Suisse. Ils ont tous été vendus comme chats d'exposition et les deux plus anciens sont déjà Supreme Grand Champions et seront probablement Regional Winners pour le Nord de l'Europe. A ma plus grande joie, Bettina Pelkman de la Chatterie SSL a voulu m'envoyer Copper et Enna pour que je puisse les sortir en exposition ici. Je n'avais plus sorti de Maine Coons depuis 10 ans ! Ce fut un merveilleux moment. Surtout lorsque j'ai récupéré Copper après une finale et que le juge, qui me connaissait depuis 15 ans, m'a dit : " Où l'as-tu eu ? " J'ai vraiment aimé pouvoir lui répondre : " Je n'ai pas acheté ce chat, je l'ai fait naître ". Le juge m'a regardée et il m'a dit : " tu n'as pas perdu la main ! ".


La Chatterie Calicoon

Lynne Sherer


Lynne

Lynne (au centre) au TICA Show de Hürth,
Allemagne, Octobre 1999

Je suis infirmière diplômée et je travaille actuellement dans un hôpital, dans le service de cardiologie. Je suis divorcée depuis plusieurs années et j'ai 2 grands fils. J'ai grandi dans le Wisconsin, vécu en Illinois, en Californie pendant 13 ans, puis de nouveau en Illinois pendant 14 ans, et je vis maintenant à Memphis, depuis l'an dernier. J'ai commencé à élever des Maine Coons lorsque je vivais en Californie - d'où le nom de ma chatterie : on me demande parfois si j'élève des calicos, mais non... Calicoon est la contraction de Californie et de Coon.

J'ai toujours eu des chats. Enfant, je ramenais souvent des chats errants. Mais mon père ne m'aurait pas permis d'avoir plus de trois chats à la fois ! A part les Maine Coons, j'ai eu aussi un Oriental Shorthair, un Himalayen de fondation et plusieurs British Shorthair, et j'ai élevé une portée de chatons British Shorthair. L'Himalayen était mon premier chat de race, mais de qualité compagnie. Mes premiers chats d'exposition furent des Maine Coons.

J'ai entendu parler des Maine Coons pour la première fois dans un article du Cat Fancy Magazine sur cette race en 1971, où figurait l'adresse du MCBFA auquel j'ai donc adhéré en tant qu'amateur en 1972. En 1973, mon mari et moi sommes partis en vacances non loin d'un éleveur de Maine Coons - Judy Anceli de Yankee Cats à Boise, Idaho - et je me suis arrangée pour la rencontrer. Nous faisions alors du camping avec un chat de maison, l'Himalayen et un Setter Irlandais, aussi notre désir de visiter une chatterie n'a pas paru bizarre ! Je suis tombée amoureuse d'un mâle roux mackerel tabby de 6 mois et je l'ai acheté sur le champ, l'ajoutant à la ménagerie déjà présente dans la voiture. C'était Yankee Cats Rufus. J'ai acheté plus tard une femelle blanche chez Judy qui s'appelait Yankee Cats Queen Victoria. J'ai présenté Rufus en exposition pendant la saison ACFA de 1973-1974 et j'ai obtenu un prix pour sa couleur, ce que je n'ai su que plusieurs années après !


Cacomistle Rocky Raccoon O Calicoon

Cacomistle Rocky Raccoon Of Calicoon,
Grand Champion ACFA en Mars 1978,
9ème Maine Coon mâle entier à obtenir ce titre aux USA

J'ai malheureusement perdu mes deux premiers Maine Coons de leucose. Nous ne connaissions pas grand chose sur cette maladie à cette époque, et il n'y avait pas encore de vaccin. Après avoir attendu un an et avoir testé mes deux autres chats 4 fois pour être sûre qu'ils n'étaient pas porteurs de la maladie, j'ai acheté un autre couple en 1975. La femelle s'appelait Belwitch's Buffy of Calicoon, c'était la nièce de mon premier mâle, née de Yankee's Van Richtofen of Tanstaafl de Beth Hicks. Le mâle s'appelait Cacomistle Rocky Raccoon O Calicoon né chez Lea Schmidt, à Memphis. Ces deux chats furent les fondateurs de mon programme d'élevage. Je les ai mariés plusieurs fois ensemble, et j'ai gardé une femelle torbie et blanc (Calicoon Sweet Sue) pour la marier ensuite à un mâle extérieur. J'ai aussi marié Rocky à une femelle extérieure à mon élevage et j'ai gardé SGC Spavinaw Blu-Macks of Calicoon, mon deuxième mâle reproducteur.

J'ai commencé à participer aux expositions félines avec Rufus en automne 1973. A cette époque, l'ACFA était la seule association de ma région qui acceptait les Maine Coons en championnat. Mon premier chat qui obtint le titre fut Rocky, et son fils DGC Calicoon's Sam Francisco of Calicoon qui fut élu Chaton de l'année du MCBFA en 1977-1978. Un autre de ses fils, Spavinaw Blu-Macks of Calicoon, fut Chaton de l'année du MCBFA en 1978-1979, et le premier Maine Coon bleu devenu grand champion dans toutes les associations. SGC/Int.Winner/OS Calicoon Hooligan fut l'un des 20 meilleurs chats en TICA en 1984 et le premier Maine Coon dans la classe des roux à obtenir un classement dans les 20 meilleurs chats de toutes les associations. Durant toutes ces années, j'ai eu plusieurs gagnants comme : Calicoon Charliemaine (deux fois Champion International catégorie Neutre), SGC Calicoon Captain Clifton Curtis (classé dans les 20 premiers gagnants Internationaux), SGC Prince Valiant, SG Neutre Calicoon Seahawk Helse, SCG/RW Calicoon Sherman.


Calicoon Hooligan

SGC/IW/OS Calicoon Hooligan en 1984,
âgé de 18 mois. 2ème meilleur Maine Coon,
10ème Best International Cat, TICA 1984. Sacré Druid !!!

Je travaille parfois avec d'autres éleveurs mais j'accorde peu de saillies extérieures. Quand je vivais en Californie, j'avais certains chats en co-propriété avec mon amie Margaret Rice, qui m'aidait pour les expositions et l'élevage. Elle n'avait pas sa propre chatterie mais avait plusieurs chats en co-propriété avec moi, comme Calicoon Hooligan. J'ai ainsi pu garder plus de chats reproducteurs que cela n'aurait été possible si je n'avais eu autant de place. Il m'est difficile de dire combien de mes chats sont présents dans les pedigrees d'autres éleveurs, parce que j'élève depuis longtemps. Je sais que Blu-Macks apparaît des milliers de fois dans la base de données des Maine Coons. Mon étalon actuel, Calicoon Sherman, a produit environ 40 portées.

Je pense que je peux dire que j'aime le look TICA pour mes Maine Coons, que certaines personnes appellent " look sauvage ". Je n'aime pas un chat au look " extrêmement " sauvage et je préfère une tête avec un look modéré et une fourrure bien touffue de chat rustique. J'aimerais voir un type plus homogène dans la race, afin qu'il n'y ait pas tant de différences d'interprétation du standard selon les associations. Dans d'autres races, comme les Persans par exemple, un beau chat aura du succès dans toutes les associations. Dans notre race, malheureusement, il y a encore de grandes différences dans le " look ".


Jake and Sherman

Jake et Sherman, jeunes

Actuellement, je suis Vice-Présidente du MCBFA et j'ai occupé plusieurs autres postes dans cette organisation, comme Secrétaire, Directrice Régionale, et deux fois Présidente. Je suis membre de la Commission de race pour le Maine Coon en TICA. En ce moment, le seul autre compagnon à 4 pattes que j'ai, est un très grand Golden Retriever qui se prend pour un chat et adore les chatons ! Les chatons s'assoient tous sur son dos quand ils sont petits ; c'est super quand ils rejoignent leur nouvelle maison, et que leur propriétaire a déjà un chien : ils s'adaptent très rapidement et ne sont pas du tout effrayés.

Je suis juge TICA toutes races (Allbreed) et je juge depuis 1986. La passion du chat m'a donné l'opportunité de connaître bien des endroits que je n'aurais jamais pensé pouvoir visiter un jour. Les voyages et les e-mails m'ont aussi permis de connaître des éleveurs dans le monde entier. Il n'y a pas d'obligation à participer à une exposition en tant que juge ou exposant, mais en tant qu'éleveur, un vieil adage dit " élève pendant deux ans et fait des expositions pendant un an, ou tout le monde oubliera qui tu es ". On participe aux expositions pour avoir les titres que les chats peuvent obtenir, dans les limites du budget et du temps qu'on peut y accorder. En tant que juge, une fréquence d'une fois par mois minimum est nécessaire pour rester dans la course et prendre son rythme, mais beaucoup de juges travaillent plus souvent que ça. Je pense que le rythme de deux fois par mois me convient bien, avec parfois des exceptions.

Je ne recherche pas exactement les mêmes caractéristiques pour un chat d'exposition et pour un chat de reproduction. En exposition, on recherche les chats qui se rapprochent le plus du standard écrit, alors que pour un programme d'élevage, le but est de choisir le chat qui complètera le mieux le/la partenaire auquel il/elle sera accouplé(e), afin de PRODUIRE un chat qui correspondra au standard. J'ai souvent vu en exposition un chat avec d'excellentes qualités comme un placement d'oreilles bien haut, poussé à l'extrême. Les oreilles peuvent s'avérer trop hautes par rapport au standard pour un chat d'exposition, mais pour un éleveur, ce chat pourrait être fantastique afin de corriger un mariage avec un chat aux des oreilles trop écartées. Ou bien, un chat peut avoir un menton un peu trop prononcé pour être un " parfait " chat d'exposition mais il sera un bon chat reproducteur pour améliorer la descendance d'un chat avec un menton trop faible.

Je suis d'accord avec l'utilisation de chats de nouvelle fondation. Je pense qu'il est important d'apporter du sang neuf à notre patrimoine génétique. Mais le travail de fondation n'est pas si simple que cela, il ne suffit pas de mettre ensemble deux chats qui ressemblent à des Maine Coons. Le travail de fondation ne devrait être fait que par des personnes qui peuvent y consacrer du temps, de l'attention et faire les tests/évaluations adéquats. Les chats utilisés dans les programmes de fondation devraient être testés pour la HCM et les autres pathologies possibles, et être évalués sur plusieurs générations. Cela prend du temps, de la place, de l'argent, et ce n'est pas facile.


En haut: SGC Spavinaw Blu-Macks of Calicoon. Premier
Maine Coon Blue tabby Champion en TICA, qui a vécu 18 ans.
Au milieu: DGC Calicoon's Sam Fransisco of Friscoon.
Champion en Mars 1979. Propriétaire: Pat Herrmann.
En bas: SGC Calicoon's Sherman.

Je suis aussi d'accord avec la consanguinité effectuée sur les lignées dans une certaine mesure. D'après mes lectures et des discussions avec des généticiens, c'est le moyen de fixer le type et les caractéristiques d'un animal. Quand deux animaux totalement non apparentés sont accouplés, leur progéniture n'est pas homogène du point de vue du type. On peut avoir quelques beaux chatons mais on peut aussi avoir une majorité de chatons qui ont hérité des pires caractéristiques de leurs parents. Je sais que certains éleveurs ne seront pas d'accord avec moi, mais c'est ma conclusion personnelle, après bien des renseignements pris sur le sujet. Comme je n'élève que peu de portées par an, je ne vends qu'occasionnellement un chat en élevage. J'essaie habituellement d'avoir une recommandation de quelqu'un que je connais si la personne qui me demande un chat m'est inconnue. Si cela est possible, je visite moi-même la maison de mon acheteur potentiel : j'essaie de travailler avec la personne qui m'achète un chaton, surtout si c'est un nouvel éleveur, et de l'aider pour l'élevage et les expositions. J'encourage les nouveaux éleveurs à travailler pour faire en sorte de devenir membres du MCBFA. J'ai vendu quelques chats à l'étranger : au Japon, en Allemagne, en France, en Angleterre et en Suisse.

Je recherche le type et le gabarit en évaluant les chatons parce que ces deux critères sont nécessaires pour l'harmonie d'un chat. Cela ne veut pas dire qu'il faut choisir le chaton le plus grand de la portée mais un petit chaton n'est pas non plus un bon choix. Cela m'amuse toujours d'entendre des gens dire qu'ils ont des chatons de qualité exposition à l'âge de 3 ou 4 semaines. J'attends au moins 3 ou 4 mois pour prendre une décision, et il est arrivé que je me trompe, même à cet âge là ! Le meilleur atout pour pouvoir dire comment les chatons vont évoluer, c'est de bien connaître les parents et leurs lignées. Quand on a fait un mariage plusieurs fois, il est plus facile de prévoir le type des chatons à un jeune âge. Mes lignées ont tendance à se développer lentement, ce qui rend difficiles les décisions rapides et le choix des chatons de qualité exposition.


Un travail en commun


Lynne and Beth

Beth et Lynne au Dallas Annual,
Septembre 1982. De gauche à droite: Tanstaafl
Merris Lee, Heidi Ho Canth of Tanstaafl,
Tanstaafl Ramoth of Calicoon.

Lynne et Beth sont des amies de 25 ans, elles se sont rencontrées pour la première fois quand Lynne a acheté Belwitch's Buffy of Calicoon, dont le père, Yankee's Von Richtofen of Tanstaafl, appartenait à Beth. Quand elles ont divorcé toutes les deux, elles ont acheté une maison ensemble -après en avoir discuté quelques années, car comme le disait Beth, " nous ne voulions pas détruire une très belle amitié ". Les noms des chatteries restent séparés, avec à ce jour, trois femelles au nom de Calicoon et deux au nom de Tanstaafl, mais elles gardent seulement un mâle. Actuellement, c'est Calicoon Sherman, qui descend de Polly Adeline, ce qui en fait aussi un représentant important des lignées Tanstaafl. Lynne dit " nous avons été trop longtemps Calicoon et Tanstaafl pour abandonner nos noms de chatteries et fusionner. Nous avons aussi quelques idées différentes sur l'élevage, qu'aucune de nous deux ne veut changer ". Beth favorise les brown classic tabby/torbie, alors que Lynne aime travailler d'autres couleurs, comme le bleu tabby, bleu silver... etc. Leur prochain mâle sera sans doute en co-propriété, car il sera probablement le fils d'une femelle de Beth, et de Sherman de Lynne.

La plupart de leurs reproducteurs retraités sont placés comme chats de compagnie mais elles ont actuellement un retraité neutré, et bien sûr, quelques chats auxquels elles sont particulièrement attachées, comme Sherman, qui restera chez elles quand il sera à la retraite. Beth et Lynne ont décidé que le nombre total de chats restera peu élevé puisque, avec un travail soigné, il n'est pas nécessaire d'avoir un nombre important de chats pour produire des chatons de qualité, et que tous leurs chats sont des compagnons avant tout, auxquels Beth et Lynne accordent beaucoup de temps et d'attention. Comme le dit Beth "avoir trop de chats devient une contrainte au lieu de rester un plaisir ".


kitten buyer

Une future cliente, dans la pièce
ensoleillée des chatons - le choix est difficile !

Dans l'ancienne maison de Lynne, il y avait les installations habituelles d'une chatterie, avec des sols et des murs carrelés, et plusieurs cages pour un usage occasionnel, alors que Beth a toujours élevé ses chats en famille. Elles ont acheté leur maison actuelle parce qu'il y a une grande pièce ensoleillée, où les chattes et leurs chatons ayant acquis la propreté vivent. C'est lumineux et bien aéré, ce qui a éliminé les éventuelles infections respiratoires, qui peuvent parfois devenir un problème dans des espaces plus confinés, et Lynne et Beth s'y installent la plupart du temps devant la TV, avec leurs chats. Sherman a une grande cage dans un espace spécialement ventilé, séparé de la plupart des chattes, - mais oh le veinard ! - en compagnie d'une femelle ou d'une autre, par roulement, ainsi il n'est jamais seul. Les autres femelles profitent librement de la maison et Lynne et Beth apprécient d'avoir le temps et l'espace pour se consacrer quotidiennement à chacun de leurs chats.


Tanstaafl Copper Penny and Tanstaafl Memphis Amity

Tanstaafl Copper Penny et
Tanstaafl Memphis Amity, chatons.

Quand on leur pose la question de leurs futurs plans d'élevage, elles sont toutes les deux d'accord pour dire que leur but est d'obtenir un nouveau mâle de Hoosiercoon's Kari of Tanstaafl mariée à Sherman. Ce mariage a déjà produit SGC Tanstaafl Copper Penny of SSL et Tanstaafl Memphis Amity of SSL, propriétés de Bettina Pelkmann en Allemagne ; cette combinaison a donc déjà fait ses preuves. Une des portées de Lynne issue de Sherman a aussi produit SGA Calicoon Sir Milo, propriété d'Alice Pursell en Illinois, aussi elles espèrent que Sherman engendrera rapidement un fils assez beau pour lui permettre de prendre sa retraite, car il a maintenant 9 ans. Quand elles auront obtenu ce mâle tant espéré, Lynne dit qu'elle passera plus de temps à participer aux expositions et moins à juger pendant un moment ! Beth, quant à elle, dit que bien qu'elle ne pense pas pouvoir apporter une nouvelle contribution de la même importance que celle des clones, à cause des gros progrès accomplis dans la race au cours des vingt dernières années, elle apprécie pleinement le fait d'être - à nouveau -une éleveuse active.



© "Maine Coon International", numéro 23, 2000.
Texte publié avec l'autorisation des auteurs.